Protocole of apomorphine cure

Ian Sommerville

(Published in "The Time of the Naguals: Research": in pdf at http://www.inter-zone.org/thetimeofthenaguals/TN2research.pdf, Interzone Editions)

(See the French version below)

 

Apomorphine is so called by the chemists in order to indicate that it is synthetised in some way from morphine as base. It has, however, very different properties to morphine; it does not give sensations of pleasure, nor has any case of addiction to its use ever recorded. It has been known for some time as a reliable emetic, being easily dissolved in water and administrated by hypodermic injection.

It was for this property as an emetic that apomorphine was kept on hand on the clinic begun, several decades ago, by Dr. John Yerbury Dent of London; a clinic devoted to the treatment of alcoholics and addicts to other drugs. Dr. Dent also experimented with apomorphine as part of an aversion treatment for addiction. However (and this point is crucial) he found that many of the distressing symptoms attendant upon cure were alleviated by apomorphine even when no vomiting was induced.

In our waking state the body builds up stresses an metabolic disturbances which are regularised while we sleep. There is, in fact, a part of the brain which works harder during sleep than during wide awake life. This regularitory centre Dent termed "the sleep center", and it was his conclusion that the action of apomorphine is to stimulate this centre and give it greater powers.

The abrupt witholding of a drug from someone who is addicted to its use gives rise to the severe stresses and metabolic disturbances known as "withdrawal symptoms", and the natural regulatory functions of the body are inadequate to deal with them. However, potentiated with apomorphine, a much wider compass of disturbance can be dealt with, to such an extent that cure loses much of its nightmare aspect.

Dr Dent further elaborated the use of apomorphine and made it the basis of a long and successful practice devoted to the study and cure of addiction. During his method of cure vomiting is only essentially induced twice in the patient : these occasions being necessary to obtain a measure of the patients level of tolerance to the drug. It cannot be overemphasised that the apomorphine treatment is not an aversion treatment, but is method of stimulating the body's natural resources in their capacity to normalise stresses and metabolic disturbances, in this case the withdrawal symptoms.

The smallest dosage of apomorphine which will induce vomiting varies considerably with the individual, from as little as one fortieth of a grain up to twenty times as much, though this latter is unuasal.

In this first steps this apomorphine cure parallels other known methods of treatment. Firstly, the addict must want to cured and should say so, patients brought to a clinic against their will, by relatives, etc., do not make good subjects unless they can first convince themselves and the doctor that they wish to be free of their drug. Secondly, the patient is hospitalised in a cheerful nursing home atmosphere, day and night nursing together with frequent visits by the doctor are necessary.

The usual medical tests are presumed; addicts are often weak on arrival so the use of vitamins and a proper diet to rebuild bodily condition are assumed throughout the cure.

 Notes (A) The use of apomorphine.

1. Finding the threshold dose :

Throughout the cure apomorphine is injected every two hours. One twentieth grain is the standatd initial dose. This is progressively arithmetically increased by one fortieth grain per injection untill a dosage is found which induces vomiting (the threshold dose).

2. Maintaining concentration :

Suppose that the threshold dose is found to be x grains, then the subsequent doses for the next four days (approx) are each of 1/2x grains.

3. The new threshold dose :

The first two stages above often cause a change in the patients tolerance for apomorphine. After stage 2. each injection is progressively increased or decreased by one fortieth grain at a time untill the new threshold dose, y grains, is found. The treatment continues with two hourly injections each 1/2 y grains, the frequency of injection tapering off toward the end of the cure, usually ten days or so.

4. Post-cure use :

A patient cannot be considered completely cured until roughly one month after beguinning treatment. After the initial ten days described above he should always have to hand sublingual tablets of apomortphine in the event of distressing symptoms arising.

5. General :

After an injection of apomorphine vomiting will occur within ten minutes or not at all. The above schema is not of course completely rigorous; it is for the doctor to decide whelther vomiting is occuring because of the apomorphine or is a withdrawal symptom. Basically the idea is to maistain as high a concentration as possible of morphine in the patient for an extended period.

 Notes (b) The use of apomorphine (or the drug addiction in question)

In its capacity as a matabolic regulator apomorphine considerably reduces the severity of withdrawal symptoms. However, and specially in the first few days of cure, morphine must be allowed to the patient in the event of severe symptoms breaking through. As a general guide it will be found that quite minute doses of morphine will be adequate, totally over the entire period to much less than the habitual prebvious daily dose.

Apomorphine is usually available in one twentieth and one tenth grain water soluble hypodermic tablets. It is also available in France (made by Chabre) as sublingual tablets. Whereas these latter can be used to effect a cure they are not so rapid or precise in action as the hypodermic tablets, they are, however, very useful to the patient after leaving the clinic as a standby which can be self administrated.

In the case of say, addiction to morphine, the only drugs given during the treatment are apomorphine, minute doses of morphine and possibly vitamins and the like. It is to emphasised that sleeping pills, barbiturates, tranquillisers, etc. are contraindicated. They have no part in the cure and only serve cloud knowledge of the patients progress. (Dent found that addiction to barbiturates was the most difficult to break as well as giving the most unpleaseant symptoms, before and during the cure.)

The above notes are based upon talks with Dr Dent himself during the autumn of 1961, some months before he died. He was much distressed that, apart that in those clinics where it was used, doctors stubbornly maintained that it was an aversion treatment, thus only serving to block its real progress.

 Ian Sommerville,

London, September 1967.

_____________

 Protocole de la cure d'apomorphine (méthode Dent)

Ian Sommerville

Traduction : Isabelle Aubert-Baudron

 

(publié dans "Le Temps des Naguals: autour de Burroughs et Gysin", Interzone Editions : voir "Le Temps des Naguals" et "The Time of the Naguals - Interzone Anthology" . Version pdf à http://www.inter-zone.org/thetimeofthenaguals/TNFR.pdf)

 

L'apomorphine est appelée ainsi par les chimistes pour indiquer qu'elle est synthétisée d'une certaine façon à partir de la morphine. Elle a cependant des propriétés très différentes de la morphine; elle ne procure pas de sensation de plaisir et aucune cas d'accoutumance consécutif à son utilisation n'a jamais été répertorié. Elle est connue depuis quelques temps comme un émétique efficace, étant facilement soluble dans l'eau et administrée par injections sous-cutanée.

C'est pour ses propriétés d'émétique que l'apomorphine fut utilisée par le Dr John Dent de Londres quand il ouvrit sa clinique, il y a de cela plusieurs dizaines d'années, une clinique consacrée au traitement des alcooliques et de malades intoxiqués à d'autres drogues. Cependant (et ce point est crucial), il découvrit que de nombreux symptômes d'angoisse se produisant au cours de la cure étaient diminués par l'apomorphine, même en l'absence de vomissements.

Pendant l'état de veille, les perturbations métaboliques dues aux tensions se produisent dans l'organisme, perturbations qui sont régularisées pendant le temps de sommeil. Il y a en fait toute une partie du cerveau qui fonctionne davantage pendant le sommeil que pendant l'état de veille. Dent appela ce centre régulateur "le centre du sommeil" et il en conclut que l'action de l'apomorphine consiste à stimuler ce centre et à augmenter ses capacités.

L'arrêt brutal d'une drogue chez une personne intoxiquée à son usage donne lieu à des tensions sévères et des perturbations métaboliques connues sous le terme de "symptômes de manque" et les fonctions de régulation naturelle de l'organisme sont insuffisantes pour en venir à bout. Cependant, ces fonctions étant accrues avec l'apomorphine, elles permettent alors de vaincre une grande part de ces troubles au point que la cure perd beaucoup de son aspect cauchemardesque.

  Le Docteur Dent élabora par la suite l'usage de l'apomorphine et en fit la base d'une pratique longue et heureuse consacrée à l'étude et au traitement de l'intoxication. Selon cette méthode de cure, les vomissements ne sont essentiellement provoqués que deux fois chez le patient, ces occasions étant nécessaires pour obtenir une mesure du niveau de tolérance des patients au médicament. On ne saurait trop insister sur le fait que le traitement à l'apomorphine n'est pas un traitement par aversion, mais une méthode pour stimuler les défenses naturelles de l'organisme et accroître sa capacité à normaliser les tensions et les troubles métaboliques, à savoir dans le cas présent, les symptômes de manque.

Le dosage minimum d'apomorphine produisant des vomissements varie considérablement selon les individus, d'un quarantième de grain jusqu'à vingt fois cette dose, bien que ce dernier dosage soit inhabituel. (1 grain = 0,0648 gramme).

Dans ses premières étapes, la cure d'apomorphine est comparable à d'autres traitements connus. D'abord l'intoxiqué doit vouloir guérir et verbaliser son désir, les patients qui sont amenés à une clinique contre leur volonté, par des proches, etc..., ne faisant pas de bons sujets à moins qu'ils ne puissent se convaincre eux-mêmes ainsi que le docteur que leur souhait est de se libérer de la dépendance de la drogue.

Deuxièmement le patient est hospitalisé dans une clinique à l'atmosphère agréable, les soins sont nécessaires jour et nuit ainsi que les visites fréquentes du médecin.

Après les examens médicaux habituels, les drogués étant souvent faibles à leur arrivée, la prescription de vitamines et un régime approprié permettant au corps de se reconstruire dans de bonnes conditions sont nécessaires pendant toute la cure.

 

Notes (A) L'utilisation de l'apomorphine:

 

1. Trouver la dose limite :

Tout au long de la cure, l'apomorphine est injectée toutes les deux heures. La dose standard initiale est d'un vingtième de grain (3,24 mg). Celle-ci est progressivement augmentée arithmétiquement d'un quarantième de grain (1,62 mg) par injection jusqu'à ce que soit trouvée la dose qui provoque les vomissements (la dose limite).

 

2. Maintenir la concentration :

Supposons que la dose limite trouvée soit de X grains, les doses ultérieures pour les 4 prochains jours (approximativement) seront alors de 1/2 X grains.

 

3. La nouvelle dose limite :

Les deux premières étapes ci-dessus provoquent souvent un changement dans la tolérance du patient à l'égard de l'apomorphine. Après le stade 2, chaque injection est progressivement augmentée ou réduite d'un quarantième de grain à la fois jusqu'à ce que soit trouvée la nouvelle dose limite, de Y grains. Le traitement se poursuit avec des injections toutes les deux heures de chacune 1/2 Y grains, la fréquence d'injection allant en diminuant vers la fin de la cure qui est habituellement d'environ dix jours.

 

4. Utilisation de post-cure :

Un patient ne peut être considéré comme entièrement guéri avant approximativement un mois après le début du traitement. Après les dix jours initiaux décrits ci-dessus, il devrait toujours avoir sur lui des comprimés d'apomorphine par voie sublinguale dans le cas où surviendraient des symptômes d'angoisse.

 

5. Remarques générales :

Après une injection d'apomorphine, les vomissements apparaîtront dans les dix minutes qui suivent sinon ils ne se produiront pas. Le schéma ci-dessus n'est évidemment pas complètement rigoureux; il appartient au médecin de décider si les vomissements sont consécutifs à l'apomorphine ou s'ils sont un des symptômes du manque. L'idée de base est de maintenir la concentration d'apomorphine aussi élevée que possible chez le patient pendant une période prolongée.

 

Notes (B) L'utilisation de la morphine (ou du toxique en question) :

Grâce à sa fonction de régulateur métabolique, l'apomorphine diminue considérablement la gravité des symptômes de manque. Cependant, et spécialement durant les tout premiers jours de la cure, la morphine doit être autorisée au patient dans le cas de survenue brutale de symptômes graves. A titre d'indication générale, on constatera que les doses de morphine très minimes seront suffisantes, la totalité de la dose s'étalant sur la période entière étant de beaucoup inférieure à celle que le patient prenait quotidiennement auparavant.

L'apomorphine est généralement disponible sous la forme de comprimés d'un vingtième et un dixième de grain (3,24 mg et 6,48 mg) solubles dans l'eau distillée pour injections sous-cutanées. Elle est aussi disponible en France (faite par Chabre) sous la forme de comprimés par voie sublinguale. Si ces derniers peuvent être utilisés pour réaliser la guérison, leur action n'est malgré tout ni aussi rapide, ni aussi précise, que celle des injections sous-cutanées; il sont cependant très utiles au patient après son départ de la clinique en tant que soutient, pouvant être auto-administrés.

Dans le cas d'une intoxication à la morphine par exemple, les seuls médicaments donnés pendant le traitement seront l'apomorphine, des doses minimes de morphine, si possible des vitamines et des médicaments de ce genre. Il faut insister sur le fait que somnifères, barbituriques, tranquillisants, etc..., sont contre-indiqués. Ils ne jouent aucun rôle dans la cure et ne servent qu'à dissimuler les signes de progrès du patient. (Dent a constaté que l'intoxication aux barbituriques est celle dont il est le plus difficile de venir à bout, de même qu'elle entraîne les symptômes de manque les plus désagréables, avant et pendant la cure.)

Les notes ci-dessus sont tirées d'entretiens avec le Docteur Dent en personne ayant eu lieu au cours de l'automne 1961, quelques mois avant sa mort. Il était très affecté par le fait que, en dehors de sa pratique personnelle, le traitement à l'apomorphine avait obtenu un accueil défavorable et que, dans les cliniques où il était utilisé, les médecins s'obstinaient à affirmer qu'il s'agissait d'un traitement par aversion, ce qui ne servait qu'à entraver ses progrès réels.

Ian Sommerville

Londres. Septembre 1967.

 

____________

Apomorphine: présentation

Dr Dent's protocole of apomorphine cure, Ian Sommerville

Protocole de la cure d'apomorphine du Dr Dent, Ian Sommerville, traduction Isabelle Aubert-Baudron

A Burroughs' letter on apomorphine, which he sent with the protocole

An article on apomorphine from the magazine "Doctor" , also joined to Burroughs' letter,

A letter I sent to Dr Martensen-Larsen, who applies the cure in Denmark and is quoted in the article from "Doctor",

Dr Martensen-Larsen's answer.

____________

Apomorphine cure by Dr John Dent: documentation

Interzone Academy 2011: Interzone economy - Medical research

The Western Lands + Interzone Creations + La sémantique générale pour tous + Interzone Galleries + Interzone News + THE INTERZONE COFFEE HOUSE + Interzone Editions + Interzone reports + Interzone CD1 + Pour une économie non-aristotélicienne - Bienvenue à Interzone + Interzone economy